Copenhagen Consensus Center
Home Menu

Haïti Priorise: Développement de la petite enfance, Rabbani

Description du problème 

Investir dans l’éducation est essentiel pour Haïti afin d’augmenter les revenus et de lutter contre la pauvreté. Habituellement, les enfants commencent l’école primaire deux ans trop tard. Moins de 60 % atteignent la dernière année du primaire. Beaucoup d’enfants à l’école apprennent peu. Et près de la moitié des adultes n’ont jamais fréquenté l’école. Le chômage est élevé, surtout chez les jeunes qui ne sont pas instruits.

Solutions

  • Interventions sur les deux années de la petite enfance en phase pré-primaire
  • Instruire les enfants à un niveau approprié
  • Transferts conditionnels en espèces pour les enfants du niveau secondaire

Récapitulatif du RAC

Interventions Avantage Coût RAC
Interventions sur les deux années de la petite enfance en phase pré-primaire 114,53 milliards de gourdes 6,93 milliards de gourdes 14
Instruire les enfants à un niveau approprié 235,3 milliards de gourdes 26,75 milliards de gourdes 9
Transferts conditionnels en espèces pour les enfants du niveau secondaire 88,7 milliards de gourdes 16,4 milliards de gourdes 5

Interventions sur les deux années de la petite enfance en phase pré-primaire

L’éducation préscolaire a des effets pendant toute la vie des enfants qui en bénéficient. Elle augmente sensiblement les revenus, diminue le risque d’incarcération et réduit l’impact d’éléments négatifs comme les carences nutritionnelles. La proposition porte sur une politique simple où les enfants haïtiens âgés de 4-5 ans au niveau de l’enseignement pré-primaire reçoivent une éducation préscolaire pendant deux ans en petits groupes de 25. Chaque groupe requiert deux facilitateurs formés à l’EP ainsi qu’un(e) assistant(e). Bien qu’intitulée « éducation », l’intervention comprend des activités menées par des enseignants impliquant des jouets et le développement de compétences sociales par le biais de jeux.
 
Coûts

Haïti compte actuellement environ 516 000 enfants âgés de 4 à 5 ans. Il semble possible de toucher environ la moitié de cette population, soit environ 258 000 enfants par an. 

Cela coûterait 5 500 gourdes (79 $) par élève et par an. Cette intervention augmente les chances pour les enfants de passer plus de temps plus tard à l’école, donc il faut tenir compte de ce coût, également. Cela nous donne un coût total par an de 6,9 milliards de gourdes (100 millions $).
 
Avantages

Basé sur une célèbre expérience de recherche, à long terme en Jamaïque, il y a des preuves suffisantes qu’une telle politique conduira à une augmentation de 35 % des revenus pour les enfants, dès l’âge auquel ils commencent à travailler, environ 16 ans. Pour quelqu'un qui gagne en moyenne environ 63 000 gourdes (910 dollars) aujourd'hui, cela signifierait 22 000 gourdes supplémentaires (318 $) par an. Pour une cohorte d’enfants, cela s’additionne jusqu'à environ 115 milliards gourdes (1,6 milliards $) en monnaie actuelle. 

Instruire les enfants à un niveau approprié

Il est important de commencer à investir dans l’éducation dès que possible, il est également important de poursuivre les investissements plus tard. Haïti a fait des progrès, sur la promotion de la scolarisation. Un important domaine d’activité supplémentaire pourrait être l’augmentation de la qualité de l’enseignement primaire. 

Au Kenya et en Inde, mettre les élèves en groupes selon leur niveau d’apprentissage a amélioré les performances. 

Cela requiert que les élèves soient suivis selon leur niveau de réussite (telle que mesurée par, disons, des résultats d’examens en langue ou en mathématiques), regroupés et mis dans des classes spéciales en plus de leurs cours normaux.
 
Coûts

Le programme viserait environ 870 000 enfants à l’école primaire.

Les coûts s’additionneraient jusqu'à environ 27 milliards de gourdes (390 millions $). 
 
Avantages

Cela devrait augmenter les revenus lorsque les enfants grandissent, d’environ 12 000 gourdes (170 dollars) par an, conduisant à des avantages d’une valeur de 235 milliards de gourdes (3,3 milliards $). Donc, chaque gourde dépensée générerait des avantages d’une valeur de neuf gourdes.

Transferts conditionnels en espèces pour les enfants du niveau secondaire 

On utilise des paiements aux parents pour empêcher leurs enfants d’abandonner l’école secondaire. Ils sont appelés « transferts conditionnels en espèces. » Parmi les enfants qui commencent la sixième année, seulement 30 pour cent terminent par la suite.
 
Coûts

Il en coûterait 8 300 gourdes (120 dollars) par enfant pour les ménages les plus pauvres, pour les élèves âgés de 11 à 15, s’ils restent à l’école. Le programme coûterait environ 31 000 gourdes (550 dollars) par enfant sur cinq ans, pour les paiements et les frais de scolarité supplémentaires. Pour le programme complet, le coût est de 16 milliards de gourdes ($ 230 millions). 
 
Avantages

En moyenne, cela conduirait à une année supplémentaire de scolarisation pour chaque élève, ce qui signifie un coup de pouce pour les revenus, ainsi qu’une aide aux familles les plus pauvres. Au total, les avantages sont de 5 gourdes pour chaque gourde dépensée.

Sector Expert Reviewer:

Project:

Research topics: