Copenhagen Consensus Center
Home Menu

Haïti Priorise: Entreprises locales, Theodat

Le problème

Près de 50 entreprises locales et étrangères participent régulièrement à des appels d’offre lancés par l’État haïtien, dont les montants représentent environ 15% du PIB. 

Bien que le nombre des entreprises locales se portant candidates aux appels d’offre publics soit plus élevé que celui des entreprises étrangères, ces dernières remportent 70% des contrats en raison d’avantages concurrentiels. 

Les dépenses publiques favorisent aussi la fuite des capitaux vers les économies étrangères, et les retombées sur l’économie locale sont relativement faibles. 

Avec l’opportunité d’intégrer le marché de la CARICOM et la perspective de signer les accords de l’OMC sur les marchés publics, Haïti s’ouvre davantage à la concurrence extérieure. Pourtant, le niveau de compétitivité des entreprises haïtiennes est relativement faible, en raison de leur faible niveau de capitalisation, de coûts d’exploitation élevés et du faible niveau technologique. 

Les conséquences directes se traduisent par la hausse de la perte des parts de marché dans les commandes publiques et/ou l’absence de participation à des appels d’offres externes. 

La solution

  • Intégrer des partenaires locaux dans la commande publique

Nous recommandons l’introduction, dans le cadre juridique des dossiers d’appels d’offre, d’une clause stipulant que pour tout contrat attribué à une entreprise étrangère, celle-ci est tenue de sous-traiter 20% des prestations contenues dans le contrat avec des entreprises locales. Cela permettra aux entreprises haïtiennes d’obtenir, dans le cadre de ces contrats, des missions à conduire pour le compte de sociétés étrangères. Cela développera leur capacité d’exercer certaines activités, de renforcer leurs compétences et d’améliorer leur compétitivité. 

À terme, cela permettra aux entreprises locales de gagner de plus grandes parts dans les marchés publics, car elles auront bénéficié de transferts technologiques, dont l’un des impacts se traduit par la création d’emplois dans l’économie. 

Tableau récapitulatif des RAC

Intervention Avantage Coût Avantages par gourde dépensée
Commandes publiques intégrant des partenaires locaux 13,35 milliards de gourdes 13,98 milliards de gourdes 0,95
Commandes publiques intégrant des partenaires locaux avec l’,« effet multiplicateur » 62,89 milliards de gourdes 13,98 milliards de gourdes 4,5

Résultats obtenus sur la base d’un taux d’actualisation sociale de 5%.

Avantages, coûts et RAC

Coûts 

  • Les coûts comprennent les coûts du transfert technologique, les coûts administratifs et les coûts associés aux recherches menées par les entreprises étrangères pour trouver des partenaires locaux :
  • Transfert technologique – 322,1 millions de gourdes, coût annuel
  • Administration – 30 millions de gourdes, comme coût ponctuel de départ
  • Une hausse des coûts des recherches de partenaires – 137,6 millions de gourdes, coûts annuels
  • La hausse du coût de l’approvisionnement, qui est décroissant avec le temps. Lors de la première année, ce coût serait estimé à 1,8 milliards de gourdes.

Avantages

Le principal avantage correspond à la hausse de la part de marché et à la hausse de la compétitivité des entreprises locales dans le secteur industriel, celui-ci étant estimé à 13,4 milliards de gourdes. 

L’effet multiplicateur correspond à la théorie selon laquelle dépenser de l’argent localement, au lieu de se procurer des biens à l’étranger, contribue à améliorer l’économie haïtienne. L’effet multiplicateur se traduit par la capacité d’une économie, qui, en améliorant son attractivité et sa compétitivité, permet au tissu économique de tirer des avantages de la création de richesses s’opérant sur son sol. Si l’effet multiplicateur est reconnu, les avantages de l’intervention sont considérablement plus élevés.